Final Fantasy Creatures Bring Arts – Odin and Sleipnir set

Un mois après Bahamut, la série des Bring arts revient avec une nouvelle invocation : Odin. Laissez-moi vous dire qu’elle vaut vraiment le détour cette fois-ci ! Après Bahamut et ses articulations (encore elles!) qui laissaient à désirer, les artistes de Square Enix ont fait très fort ce coup-ci, avec un grand souci du détail. C’est encore une fois Takayuki Takeya qui s’y colle.

brings-art-odin-3.jpg

Pour la petite histoire, Odin est une invocation récurrente de la saga, depuis le troisième épisode. Il apparaît dans Final Fantasy III, IV (et ses dérivés), V, VI, VII (et d’autres jeux de la compilation), VIII, IX, XI, XII, XIII (et ses suites), XIV, Tactics (et l’épisode Advance), Type-0, Legend II, Dimensions 1 et 2, World of Final Fantasy, dans les trois Dissidia et dans pleins d’autres jeux mobiles. Ouf ! Il est presque toujours armé d’une épée et d’une lance (souvent nommée Gungnir) et accompagné de son cheval à six pattes Sleipnir.

Plusieurs figurines ont déjà représenté Odin et sa monture. Cette fois-ci, c’est la version de Final Fantasy Dissidia NT qui est représentée (la précédente étant celle de Final Fantasy XIV). Il y a toutefois quelques ajustements, comme nous le verrons plus tard.

maxresdefault

On commence la présentation avec la boîte. Vraiment bien faite, elle présente le produit d’une bien belle manière. Sur le devant, on voit une image stylisée de la figurine, dans un genre « cartoon » ou cel-shadé (je ne connais pas le nom du filtre). Ça rend très bien et donne un premier aperçu des détails du bonhomme. La face arrière continue de nous illustrer la bête, en action cette fois-ci. Sur un des côtés, un texte en anglais nous vente la puissante d’Odin : « A proud and brilliant knight whose forceful blow annihilates his foes! »

Le poids de la boîte (presque 2kg) et les dimensions données par le site de Square Enix laissent présager du gros :

  Longueur Hauteur Profondeur Poids
Odin 20,4 cm 24,3 cm 8,13 cm 460 g
Sleipnir 35,4 cm 28,6 cm 8,7 cm 1 380 g

Brings art odin-11 On ouvre et effectivement, il y a pas mal de stock à l’intérieur ! En plus de Odin et Sleipnir, il y a 2 mains interchangeables, un bouclier, une épée et une lance et la queue du cheval à assembler. On commence avec des prises de vues rapprochées des accessoires. On peut déjà remarquer tous les détails sur les armes et le bouclier. Même l’intérieur du bouclier semble travaillé (c’est pour l’attacher au bras en fait). La coloration récré un effet « vieux et sale » sur les accessoires, plus un effet très intéressant. Les deux paires de mains servent à poser ou à tenir les armes. Les derniers petits accessoires viennent « fermer » les armes une fois qu’Odin les tient en main.

Brings art odin-21

Maintenant, Odin. Le fier chevalier tient tout seul debout avec une peu de patience et de jeu d’équilibre. Les détails de son armure sont tout bonnement incroyables. On voit ses muscles de créatures divines partout, sur son torse, ses bras et ses jambes. Il a de la prestance et cet effet « vieux et usé » donne l’impression qu’il a livré de nombreuses batailles. J’ai été particulièrement impressionné par son torse, ses épaulettes et ses cornes. Les articulations se fondent bien dans l’ensemble et sont très bien pensées. Elles permettent de lever les bras sans être gêné par les épaulettes ou encore de lever la cape pour monter Sleipnir.

Brings art odin-39

Le seul défaut que j’ai trouvé : changer les mains n’est pas évident, à pause des pointes qui ne s’emboîtent pas très bien, il faut forcer, tourner et s’acharner un peu. Tout le reste est superbe et la figurine en elle-même, avec ses armes, est un beau produit. C’est sans compter sur son compagnon.

Sleipnir est encore plus travaillé ! Découvrir tous les détails sur son cou, sa selle, ses pattes ou sa tête a été un réel émerveillement pour le collectionneur que je suis. Encore une fois, on voit les muscles de la bête, on ressent son côté bestial et démoniaque. Le cheval est puissant et il a mené de nombreuses batailles avec son maître. La coloration des différentes parties est parfaite. Les pattes sont facilement articulable et on peut le faire tenir debout facilement. Même la bouche est articulée. On ne pouvait rêver mieux pour accompagner Odin. Seul changement par rapport à la version de Dissidia NT, les pattes de la figurine sont recouvertes d’une protection alors que dans le jeu elles ne le sont pas. De plus, il n’y a pas d’étrier.

Brings art odin-61

Grâce aux articulations, il est vraiment simple de faire monter Odin sur sa monture. Le tout tient debout sans problème. Les deux ensembles sont un réel plaisir pour les yeux ! Comme pour la statue de Final Fantasy XIV, Square Enix a réussie à rendre hommage à l’invocation comme il se doit. On les remercie pour ça et on en redemande pour les prochaines Bring arts !

Brings art odin-73

Brings art odin-87

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s